Crise au Brésil

par Perry Anderson, LRB, 9/4/2016
Original: Crisis in Brazil
Traduit par  Jacques Boutard, édité par  Fausto Giudice, Tlaxcala
Les BRICS connaissent une mauvaise passe. Après avoir été les moteurs de la croissance internationale alors que l’Occident était enlisé dans la pire crise financière et la pire récession depuis la Grande Dépression, ils constituent maintenant la principale source d’inquiétude pour les états-majors du FMI et de la Banque Mondiale. La Chine surtout, à cause de son poids dans l’économie globale : ralentissement de la production et dette colossale. La Russie : assiégée, chute dramatique du prix du pétrole, dommages dus aux sanctions. L’Inde : elle s’en sort le mieux, en dépit de révisions statistiques inquiétantes. Afrique du Sud : en chute libre. Les tensions politiques s’accroissent dans chacun de ces pays : Xi Jinping et Poutine musèlent l’agitation avec force, Modi est écrasé aux élections, Zuma est en disgrâce dans son propre parti. Cependant, nulle part les crises, économique et politique, n’ont fusionné de façon aussi explosive qu’au Brésil, qui a vu l’année dernière plus de gens manifester dans ses rues que dans tout le reste du monde.
Choisie par Lula pour lui succéder, Dilma Rousseff, l’ancienne « Jeanne d’Arc de la guérilla » qui était devenue son chef de cabinet, a remporté l’élection à la présidence en 2010 avec une majorité presqu’aussi écrasante que lui. Quatre plus tard elle fut réélue par une marge bien plus étroite cette fois, devançant de 3 % son rival Aécio Neves, gouverneur de l’État du Minas Gerais, dans une élection marquée par une polarisation régionale plus marquée que jamais, le Sud et le Sud-est industrialisés se tournant massivement contre elle, pendant que le Nord-Est votait pour elle de manière encore plus écrasante – 72 % – qu’en 2010. Mais dans l’ensemble ce fut une victoire nette, comparable à celle de Mitterrand sur Giscard, et beaucoup plus large, pour ne pas dire plus propre, que celle de Kennedy sur Nixon. En janvier 2015, Dilma – à partir d’ici nous omettrons son nom de famille, à l’instar des Brésiliens – entamait son second mandat.
Dans les trois mois, d’énormes manifestations regroupant au moins deux millions de personnes se sont déversées dans les rues des principales villes du pays pour réclamer son départ. Au Congrès, le Parti Social-Démocrate Brésilien de Neves et ses alliés, encouragés par des sondages qui montraient que la cote de popularité de Dilma était tombée en dessous de 10 %, ont pris l’initiative de réclamer sa mise en accusation. Le Premier Mai elle n’a même pas été en mesure de délivrer l’allocution télévisée traditionnelle à la nation : quand son discours à l’occasion de la Journée Internationales des droits de la femme avait été diffusé en mars, les gens l’avaient couvert par un concert de casseroles et de klaxons. Du jour au lendemain, le Parti des Travailleurs (PT), qui avait longtemps joui du taux d’approbation le plus élevé au Brésil, est devenu le parti le plus impopulaire du pays. En privé, Lula se lamentait : « Nous avons gagné l’élection. Le lendemain nous l’avons perdue. » Beaucoup de militants se demandaient si le parti arriverait à s’en remettre.
Comment en était-on arrivé là ? Pendant la dernière année du mandat de Lula, alors que l’économie mondiale souffrait encore des séquelles du krach financier de 2008, l’économie brésilienne avait progressé de 7,5 %. A sa prise de fonctions, Dilma avait adopté des mesures plus strictes contre les risques de surchauffe, à la satisfaction de la presse financière, qui y voyait l’équivalent de la politique de réassurance que Lula lui-même avait adoptée au début de son premier mandat. Mais à la mesure de la chute brutale de la croissance, et alors que le firmament de la finance s’assombrissait une fois de plus, le gouvernement changea de politique une fois de plus, adoptant une série de mesures destinée à amorcer l’investissement en vue d’un développement durable. Les taux d’intérêt ont été abaissés, les charges sociales réduites ainsi que le coût de l’électricité, les prêts des banques privées au secteur privé augmentés, la monnaie dévaluée et un contrôle limité sur les mouvements de capitaux a été imposé. A la suite de ce coup de fouet, à mi-mandat, le taux de satisfaction de Dilma atteignait les 75 %.
Lire la suite

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s