Orlando : 3 questions sur un coming out radical

par FG, 14/6/2016

Español Orlando: 3 preguntas sobre una radical salida del armario

Je ne suis ni gay, ni latino, ni musulman, mais j’ai des ami-es et même des camarades gays, latin@s et musulman-es. La boucherie d’Orlando m’a bien sûr choqué, comme tout-e un-e chacun-e. Mais elle m’a aussi interpellé. Je me pose donc trois questions à partir de certains constats.

  1. Le tueur, Omar Mateen, travaillait depuis une dizaine d’années pour l’entreprise de sécurité G4S, une des plus grosses du secteur, née en Grande-Bretagne et présente aux USA, en Europe, en Irak, en Afrique. G4S est une sous-traitante du Pentagone et de l’administration pénitentiaire, qui lui sous-traite des tâches dans le cadre de la privatisation des prisons, tout comme le ministère de l’intérieur britannique, qui lui confie le gardiennage des camps de « regroupement » (pour ne pas dire de concentration) de réfugiés déboutés de leur demande d’asile et en instance d’expulsion (pour ne pas dire de déportation). Pour être titularisé comme agent de sécurité, aux USA comme en Europe, il faut avoir le feu vert des services de renseignement. Comment un bipolaire violent peut-il avoir ce feu vert ? Peut-être parce que son père avait travaillé pour les libérateurs US en Afghanistan ?
  2. De toute apparence, le père du tueur est lui aussi un fou furieux, aimant se présenter comme « président de l’Afghanistan ». Quelle enfance et adolescence Omar a-t-il eu avec un tel père ?
  3. De toute apparence aussi, Omar avait, entre autres, des troubles d’identité très sérieux. Bref, il était, comme on disait dans le temps, un homo refoulé. Le fusil d’assaut AR-15 dont il a fait un usage si sanglant a été l’alternative à la thérapie que ni sa famille, ni sa mosquée, ni son entreprise, ni les services sociaux en voie de disparition ni sa « gay dating app » (application d’Iphone pour RV gays) ne pouvaient lui donner. Omar était donc coupable, mais qui est responsable ?

Le père, Seddique Mateen

seddique mateen

Un bon résumé, par le dessinateur jordano-palestinien Emad Hajjaj

De gauche à droite : « loups solitaires-Daesh », « éléphants solitaires-trump », « parasites solitaires-Israël »

orlando___emad_hajjaj

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s