« Liberté, égalité, fraternité,…sécurité ! »:la longue marche des Chinois de France

par FG, 2/9/2016

Le 7 août dernier, un couturier chinois de 49  ans, Chaolin Zhang, était violemment agressé par trois jeunes délinquants à Aubervilliers qui voulaient voler la sacoche d’un de ses amis. Cinq jours plus tard, il mourait des suites des coups reçus. Les trois agresseurs, âgés de 15, 17 et 19 ans, ont reconnu les faits, motivés ainsi : »On entend souvent dire que les Chinois ont beaucoup d’argent ». La commune d’Aubervilliers abrite la première plateforme d’import-export de textile d’Europe. Près de 10 000 personnes d’origine chinoise y travaillent. La légende des Chinois porteurs de grosses sommes d’argent liquide est tenace dans les banlieues, même si, depuis septembre 2015, le ministère de l’Économie a interdit le paiement en espèces au-delà de 1000 €, suite à la découverte d’une filière de blanchiment de l’argent de la drogue associant la mafia marocaine et des grossistes chinois d’Aubervilliers. La famille de la victime et des associations communautaires chinoises ont organisé une première manifestation le 21 août à Aubervilliers sous le slogan « Liberté, égalité, fraternité, sécurité ». Elles appellent à une nouvelle marche le dimanche 4 septembre à 14 h. de la place de la République à la place de la Nation. 

Belleville 2010

Aubervilliers 2108

Les Chinois de la région parisienne n’en sont pas à leurs premières manifestations. Longtemps forcés à la discrétion par le manque de papiers, ils sont descendus dans la rue pour la première fois le 10 juin 1989, lors d’une marche de la Bastille au Trocadéro, organisée par le Comité Tien An Men Liberté et l’Association des ressortissants de Wenzhou pour la démocratie en Chine, pour protester contre le massacre d’étudiants du 4 juin sur la place Tien An Men. Ce jour-là, un millier de Chinois, en majorité des travailleurs sans-papiers des ateliers de cuir du quartier Beaubourg, mais aussi  d’ateliers de confection et de la restauration, avaient manifesté dans la rue, aux côtés d’étudiants et de dissidents, pour la première fois de leur vie.

En 1997, les sans-papiers chinois entreront dans la lutte, aux côtés des sans-papiers africains, arabes et asiatiques. Ya-Han Chuang raconte la suite au micro d’ Eric Chaverou sur France-Culture. Elle est l’auteure d’une thèse de doctorat en sociologie à Paris-IV, intitulée Migrants chinois à Paris : au-delà de l’ « intégration » : la formation politique d’une minorité. On peut lire son article de juillet 2013, Les manifestations des Chinois de Belleville. Négociation et apprentissage de l’intégration
Ecouter Ya-Han Chuang

Ya-Han ChuangLa sociologue Ya-Han Chuang, spécialiste des immigrés chinois à Paris Photo Eric Chaverou – Radio France

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s