Dénonciation publique: on continue à assassiner des dirigeants populaires en Colombie

Original: Denuncia pública: continúan asesinatos de dirigentes populares en Colombia
Depuis l’annonce du cessez-le feu bilatéral définitif entre le gouvernement et les FARC, ont eu lieu les meurtres et menaces suivants contre des dirigeants et dirigeantes sociaux, indigènes et défenseurs des droits humains:

 Vendredi 26 août: Deux jours avant cessez-le-feu, a été tué dans le département de Nariño (sud de la Colombie) le dirigeant indigène Awá, Camilo Roberto Taicus Bisbicus, 50 ans. Camilo Taicus vivait dans la réserve Hoja la Turbia.

https://i2.wp.com/tlaxcala-int.org/upload/gal_14400.jpg

Dans le Nord du Santander la Corporation Construire du Pouvoir et de la Démocratie a dénoncé l’existence d’un plan des organisations criminelles d’attenter à la vie de la militanet des droits humains Judith Maldonado Mojica.

Dimanche 29 août: Dans le Cauca sont tués trois membres du Comité d’intégration du Massif colombien – CIMA – : Joel Meneses Meneses, leader historique du mouvement, dans le corregimiento de La Herradura et dirigeant communautaire du Processus Paysan et Indigène d’Almaguer – Procamina – qui avait reçu plusieurs menaces; Nereo Meneses Guzman, membre de Procamina et chef du village Garbanzal dans le même corregimiento, et Ariel Sotelo, membre de la communauté de La Herradura.

Dans le Nariño a été tué l’indigène Awá Diego Alfredo Chirán Nastacuas, dans le corregimiento El Diviso, municipalité de Barbacoas.

https://i0.wp.com/tlaxcala-int.org/upload/gal_14403.jpg

Lundi 30 août: alors que se déroulaient les funérailles du chef indigène Diego Alfredo Nastascuas, ont été assassinés les frères Pascal Luciano et Alberto Garcia, indigènes Awá dans la zone rurale de la municipalité de Llorente.

https://i2.wp.com/tlaxcala-int.org/upload/gal_14404.jpg

2 septembre: Le chapitre de Bogota du MOVICE, Mouvement national des victimes de crimes d’État a rapporté que Blanca Nubia Diaz, victime et membre du Mouvement, a été menacée avec une arme factice alors qu’elle participait à la Galerie de la mémoire installée pour commémorer la journée nationale des victimes de disparitions forcées. L’homme, élégamment vêtu, l’a menacée avec un couteau en céramique et lui a dit: « Si tu continues à faire chier, on va te hacher menu ».

https://i2.wp.com/tlaxcala-int.org/upload/gal_14405.jpg

Dans le sud du Bolívar l’Association Confréries agricoles et minières de Guamocó, Aheramigua, a rapporté qu’un ancien membre de l’organisation leur a dit que les paramilitaires offrent de l’argent pour qu’on leur livre le Président de l’organisation, Mauricio Sanchez, et que le mieux à faire, disent-ils, est de se retirer de l’organisation parce que, selon eux, « ça va chauffer ».

6 septembre: assassinat de Cecilia Coicué, dirigeante indigène de Corinto, Cauca, membre de l’Association des Travailleurs Paysans de la zone de réserve de la municipalité de Corinto, de la Fédération nationale des syndicats de l’agriculture, Fensuagro et du processus de l’Unité populaire du sud-ouest colombien et du mouvement Marche patriotique. Cecilia Coicué possédait une propriété dans la localité, qui est prévue comme lieu de transition pour le retour à la vie civile de combattants des FARC.

https://i1.wp.com/tlaxcala-int.org/upload/gal_14406.jpg

Le 8 septembre dans l’Urabá, nord de la Colombie, la communauté de paix de San José de Apartadó et l’Association des paysans de San José a enregistré une forte présence paramilitaire dans les hameaux d’Arenas Altas, La Resbalosa et El Porvenir. Au moins 50 hommes portant des armes à longue portée et qui s’s’appellent Autodéfenses Gaitanistes de Colombie passent par chaque maison dans la zone pour terroriser les communautés sous le slogan « Maintenant, oui, nous sommes venus pour rester ». Depuis le mardi 7 septembre les premiers déplacements forcés se sont produits.

Le 9 septembre à Barbosa, Antioquia, est assassinée Maria Fabiola Jimenez, dirigeante communautaire de 69 ans, abattue par balles alors qu’elle voyageait dans un bus public.

https://i1.wp.com/tlaxcala-int.org/upload/gal_14407.jpg

Le 11 septembre est tué Nestor Ivan Martinez, dirigeant du Congrès des Peuples dans le Centre du Cesar. Nestor Ivan était un membre du Conseil communautaire des communautés noires de la Sierra, El Cruce et de la station La Conesice et dirigeait un processus communautaire de défense du territoire et de l’environnement et contre l’exploitation minière dans cette région.

https://i1.wp.com/tlaxcala-int.org/upload/gal_14380.jpg

11 septembre: Le programme Somos Defensores a dénoncé l’assassinat d’Alvaro Rincon, membre du Conseil d’action communautaire du hameau de Patio Bonito, municipalité de San Pablo, Bolivar Sud.

https://i2.wp.com/tlaxcala-int.org/upload/gal_14408.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s