Maradona se met au service de l’occupation marocaine du Sahara occidental

Le Gamin en or oublie son soutien aux Grands-mères de la Place de Mai et aux droits humains en Birmanie
par Alfonso Lafarga
Original Diego Maradona presta su imagen a la ocupación del Sáhara Occidental por Marruecos
El Pibe de Oro olvidó que apoyó la lucha de las Abuelas de Mayo y los DDHH en Birmania

Italiano Maradona si mette al servizio dell’occupazione marocchina del Sahara Occidentale
Il Ragazzo d’oro ha dimenticato il suo sostegno alle Nonne della Piazza di Maggio e ai diritti umani in Birmania
Diego Armando Maradona, la star du football qui a dit un jour « l’injustice me révolte », qui a soutenu la défense des droits humains au Myanmar (Birmanie) et a félicité la présidente des Grands-mères de la Place de Mai quand elle a retrouvé son petit-fils, utilise une fois de plus son image pour justifier l’occupation du Sahara occidental, où il y a eu depuis 1975 des centaines de disparitions forcées.

Diego Armando Maradona une nouvelle fois ambassadeur du Maroc au Sahara ocidental occupé – Josetxo Ezcurra, Tlaxcala

Pour la deuxième année consécutive, Maradona va se rendre à El Ayoune pour participer à la célébration de l’anniversaire de la « Marche verte », par laquelle le Maroc a commencé son invasion du Sahara occidental, que l’Espagne a abandonné sans procéder à sa décolonisation. L’idole argentine du football participera à un match d’exhibition organisé par la Fédération royale marocaine de football et sa présence servira au régime marocain à proclamer sa souveraineté sur le Sahara occidental, qu’aucun pays ne reconnaît.

La présence de Maradona dans l’ancienne colonie espagnole, où de nombreux cas de torture ont été recensés pas les organisations internationales des droits humains comme Amnesty International, Human Rights Watch, le Centre Robert F. Kennedy et le Réseau euro-méditerranéen, est en contraste avec certaines de ses précédentes performances.

En mai 2008, il a participé à une campagne pour la libération d’Aung San Suu Kyi, qui avait reçu le Prix Nobel de la Paix en 1991 pour sa lutte pour la démocratie et les droits humains au Myanmar (Birmanie).

« Tout le monde sait que l’injustice me révolte et aujourd’hui, je suis révolté par ce qui arrive à Mme Aung San Suu Kyi « , avait déclaré Maradona dans une vidéo soutenant la campagne, concluant : Libérons-la !

Deux ans plus tard, en juin 2010, Boule de Poils (ou L’ébouriffé, El Pelusa, un des sobriquets de Dieguito) a rencontré à Pretoria (Afrique du Sud), où se déroulait la Coupe du Monde, a été joué, la militante des droits humains en Argentine, Estela de Carlotto, présidente des Grands-mères de la Plaza de Mayo, l’organisation des disparus sous la dictature militaire, dont il a soutenu la proposition de nomination pour le prix Nobel de la paix.

Sur cette rencontre le journaliste argentin Juan Alonso a écrit le 15 juin, 2010 sur son blog La leyenda del tiempo que celui qui était alors l’entraîneur de l’équipe d’Argentine « a pris les deux mains de la dirigeant, l’a écoutée, l’a assurée de son soutien, et lui a baisé mains, puis ensuite lui donner une accolade. Avant de repartir, Maradona a regardé vers la tribune des journalistes et a lancé: (Estela) est une lutteuse, nous devons tous être avec elles et ceux qui ne veulent pas le  faire, c’est parce qu’ils jouent aux cons « .

Trois mois plus tard, celui qui est devenu un ami du régime de Mohamed VI a envoyé une lettre au Comité Nobel du Parlement norvégien appelant à reconnaître les Grands-mères « pour leur combat intransigeant et courageux » en vue de la restitution des enfants enlevés illégalement par le régime militaire qui a gouverné l’Argentine entre 1976 et 1983.

En août 2014, Guido, le petit-fils d’Estela de Carlotto qu’elle recherchait depuis 1978, est apparu et Maradona a montré sa joie pour la récupération de celui qui était le petit-fils n° 114 retrouvé par les Grands-mères.

Les Grands-mères et les Mères de la  Place de Mai soutiennent le peuple sahraoui

Même siMaradona ne le sait pas, la récupération de Guido fut également célébrée par le Front Polisario, le mouvement de libération sahraouie; son représentant en Argentine, Bachir Salem, a écrit à Estela de Carlotto : « Les peuples sahraoui et argentin sont unis par une histoire commune de douleur, de disparitions, de fosses communes, de torture, de prisonniers politiques et de morts, qui ne nous arrêteront jamais jamais dans notre quête de justice » et il a exprimé sa « gratitude pour la solidarité permanente et le soutien à la juste cause du peuple sahraoui « .

Mais ce dont Maradona doit être au courant, c’est le soutien et la sympathie des Grands-mères de la Plaza de Mayo pour la cause sahraouie. À l’occasion de l’apparition de Guido, le site ouèbe Voix du Sahara occidental en Argentine rappelait une interview numérique d’Estela de Carlotto dans le journal El Pais du 22 mars 2007. Bahia MH. Awah disait à  la présidente des Grand-mères : « Nous avons eu plus de 500 disparus depuis que le régime alaouite a occupé notre terre. Des femmes, des jeunes et des vieux, dont on ne sait rien. Ces jours-ci on parle de fosses communes. Beaucoup de douleur. Que nous conseillez-vous dans ce combat, dans laquelle vous êtes très efficace et à l’avant-garde ? ». Ce à quoi Estela répondit : « Cher Bahia, il ne faut pas perdre la mémoire de ces actes odieux et même plusieurs générations plus tard, il faut chercher la vérité et la justice. Le pire, c’est l’oubli, parce c’est lui qui permet que les histoires se répètent ».

En Argentine la solidarité avec les Sahraouis n’a pas été le fait des seules Grands-mères de la Plaza de Mayo. Après le démantèlement du campement de protestation de Gdeim Izik, à la périphérie d’El Ayoune, en novembre 2010, l’Association  Mères de la Plaza de Mayo a condamné « les violations persistantes des droits humains dont est victime le peuple sahraoui ».

« Les Mères dénoncent le gouvernement marocain, qui maintient l’encerclement des  Sahraouis avec des mines antipersonnel et systématiquement réprime, tue et fait disparaître des personnes, comme il l’a fait le  lundi 8 novembre lors de l’expulsion du camp de Gdeim Izik, où vivent 20  000 personnes. Nous exigeons que cessent immédiatement les violations des droits humains contre le peuple sahraoui « , ont-elles dit un communiqué.  Maradona n’a pas non plus été mis courant de cela ?

L’engagement des Mères de la Plaza de Mayo pour la cause sahraouie s’est traduit en avril 2015 par la présence d’une de leurs fondatrices, Nora Cortinas, au Festival du film FiSahara, qui a eu lieu dans le camp de réfugiés sahraouis « Dakhla », à Tindouf (Algérie).

Malgré les critiques qui lui ont été faites en 2015, comme celle de redorer la blason du régime marocain, Maradona jouera le 6 novembre un match de football dans la capitale du Sahara occidental, un territoire en attente de décolonisation, dans lequel, selon l’Association des familles des prisonniers et disparus sahraouis (AFAPREDESA), le Maroc garde le silence sur le sort de plus de 400 personnes disparues, où depuis 2013 quinze détenus sahraouis sont morts à cause de la torture, de mauvais traitements ou de manque de soins médicaux et dans les villes duquel, entre janvier et septembre 2016, ont été enregistrés plus de 160 cas de torture et de mauvais traitements de Sahraouis, punis pour avoir assisté à des manifestations. En outre, environ soixante-dix prisonniers politiques sahraouis se trouvent dans les prisons marocaines.

On ignore si Maradona sera accompagné de sa petite amie, Rocío Oliva, comme cela  avait été le cas  l’année dernière lors d’un voyage de quatre jours, où il s’était laissé photographier dans la piscine d’un hôtel de luxe à Marrakech, ville où il est également prévu qu’il séjournera cette fois-ci. Tout comme pour l’année dernière, on ignore aussi combien la Fédération royale marocaine de football va payer pour embarquer le Gamin d’or au Sahara Occidental occupé.

Jorge Alaminos, Tlaxcala

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s