Les rapatriements de migrants maliens, un test pour les accords Europe-Afrique

Andrea de Georgio

Aéroport de Bamako, 29 décembre, 17h45. Si ce n’était le nombreux comité d’accueil sur la piste, l’avion qui vient d’atterrir semblerait être un vol régulier comme tant d’autres. Mais aujourd’hui, il n’y a aucune arrivée programmée pour cette heure-ci. Les journalistes préparent leurs trépieds, leurs caméras et appareils photo. Près d’eux, au premier rang au pied de l’escalier, des fonctionnaires du gouvernement en costume cravate, des opérateurs de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) au Mali avec leurs dossards bleus et un fauteuil roulant, le chef de la protection civile de Bamako et un groupe de soldats flegmatiques en tenue de camouflage.

L’arrivée des migrants maliens à l’aéroport de Bamako, le 29 décembre 2016. (Sébastien Rieussec)

A l’ouverture de la porte de l’avion, une masse de personnes dépaysées commence à descendre les marches illuminées par les flashs des photographes. “Nous sommes ici pour accueillir, les bras ouverts, les fils du Mali qui ont décidé de rentrer à la maison”. Les “fils du Mali”, comme les appelle rhétoriquement Moussa Koné, chef du cabinet du Ministère des Maliens de l’Extérieur, ce sont 152 migrants de retour de Libye. “Parmi eux, il y a aussi cinquante détenus libérés des prisons libyennes et ramenés au Mali grâce aux efforts de notre ambassade en Libye, de l’OIM et des autres organisations avec lesquelles nous collaborons”.

Lire la suite

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s