Le fauteur de troubles Erdogan et l’Allemagne : les « voyages privés » d’une dictature

par Ulrich Gellermann, 27/2/2107

Original: Gefährder Erdogan: Diktatur privat auf Reisen

Récemment, à Oberhausen, le bras droit du dictateur Erdogan, le Premier ministre Binali Yildirim a pris la parole devant des milliers Turcs vivant en Allemagne. Les politiciens allemands qui, autrement, aiment brandir le drapeau de la liberté, quand il s’agit des missions de la Bundeswehr à l’étranger, n’ont trouvé aucun moyen d’empêcher le show de l’auxiliaire de la dictature. D’une part ils ont invoqué la liberté de réunion garantie par la constitution. D’autre part, Monsieur Yidirim serait venu en Allemagne « en voyage privé ». Car le stade  König-Pilsener-Arena d’Oberhausen avait été loué par les « Démocrates européens-turcs ». Une agence d’influence d’Erdogan. Donc, là aussi, c’était privé. Et mieux encore: Yildirim a déjà annoncé que son chef Erdogan parlerait aussi en mars en Allemagne.

 

La liberté de réunion, dit l’article 8 de la constitution, vaut pour tous les Allemands qui « se réunissent sans déclaration ni autorisation pacifiquement et sans armes ». Erdogan a-t-il donc la nationalité allemande? Ou son assistant Yildirim? Après le meeting de pub pour la dictature d’Oberhausen, il s’est rendu tout droit à la Conférence sur la sécurité de Munich.

En marge de la conférence Mme Merkel a également évoqué l’affaire du correspondant du journal Die Welt  illégalement détenu en Turquie : « La chancelière a exprimé l’espoir du gouvernement fédéral que Deniz Yücel reçoive un traitement équitable et conforme au droit « , a informé le porte-parole du gouvernement. Que peut bien signifier cette phrase ? Les autorités turques devraient renoncer dans ce cas à  un traitement par coups de poing dans le visage, coups de pied à l’aine et menaces de viol ? Est-ce qu’alors ça serait équitable ? Deniz Yücel est un citoyen allemand. La chancelière allemande aurait donc pu se fendre d’une petite phrase du genre : « Libérez-le immédiatement ».

 

« Liberté pour Deniz et tous les journalistes emprisonnés en Turquie » : manifestation de soutien à Deniz Yücel dans sa ville natale de Flörsheim-sur-le-Main (Hesse). Photo ANDREAS ARNOLD/DPA

Prochain épisode donc: Erdogan en « visite privée ». Tout aussi privée que la Fédération des mosquées turques d’Allemagne, la DITIB, qui a pisté pour Erdogan  les « ennemis de l’État » en Allemagne et a relayé les infos à Ankara. Ou aussi privée que ces consulats turcs en Rhénanie du Nord-Westphalie, à propos desquels le président régional du syndicat de l’éducation GEW Sebastian Krebs rapporte : «Nous avons appris de diverses sources que des participants (à des réunions  d’information pour les enseignants et les associations de parents) ont été sommés de signaler aux consulats généraux toute critique du gouvernement turc observée dans les écoles  de RNW ». Peut-être les victimes de ces dénonciations ont-elles  aussi été rassurées par ces mots de Merkel: « Elle a souligné combien il est important que M. Yücel puisse recevoir une aide consulaire complète de  l’ambassade d’Allemagne ».

Erdogan, qui combat certes Daesh en Syrie maintenant, mais l’a auparavant soutenu, qui travaille toujours avec d’autres groupes terroristes syriens et terrorise les Kurdes en Turquie, est ce que les autorités allemandes appellent un «fauteur de troubles» (« Gefährder », litt. menaceur). En Turquie, il commet déjà des crimes. En Allemagne, il veut encourager d’autres à commettre le crime de soutenir une dictature. Après tout environ 1,4 millions d’électeurs turcs vivent en Allemagne. Beaucoup d’entre eux sont des voisins et des collègues agréables. Mais ils ne sont pas rares ceux qui, après des décennies de politique allemande de désintégration, sont à la recherche d’une main de fer qu’ils pourraient saisir. Cette main, apparemment, leur est tendue par Erdogan. Cette influence met également en danger la démocratie allemande. Il n’y a aucune raison de laisser entrer le fauteur de troubles Erdogan en Allemagne pour lui laisser faire sa pub pour la dictature.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s