Le Sahara Occidental, dernière colonie d’Afrique : Interview de Malainin Lakhal

Malainin Lakhal, 45 ans, est un traducteur, défenseur des droits humains et journaliste indépendant sahraoui. Il est membre de l’Observatoire sahraoui des Ressources naturelles. L’Institut démocratique africain l’a interviewé à l’occasion de la Journée de l’indépendance saharouie, le 27 fevrier.

 

A.D.I. : Comment était la vie au Sahara Occidental ?

Malainin : Grandir au Sahara Occidental occupé, c’est comme grandir dans un immense camp de détention à ciel ouvert. L’occupation militaire marocaine a maintenu un siège violent des différentes villes des territoires dès les premiers jours de l’invasion. De fait, l’invasion a commencé le 31 décembre 1975 par une vaste opération militaire qui a rasé des centaines de villages nomades sahraouis, faisant des milliers de victimes et autant de disparus ; à ce jour, on reste sans aucune nouvelle de plus de 600 de ces personnes disparues.

Et bien sûr, étant un enfant sahraoui, grandir dans les écoles marocaines sous la tutelle de maîtres marocains a été une expérience très difficile car ils nous traitaient de manière différente, comme l’on ferait avec n’importe quel peuple colonisé. Dans la classe, dans les rues, sur les terrains de jeux, les policiers nous traitaient en suspects ; ils nous interpellaient souvent, à la moindre chose. Ils nous appelaient « les sales sahraouis », « les chameliers ». Nous étions habitués, tous ceux de ma génération et de la génération suivante, à être arrêtés dans la rue avec ou sans raison, à être emmenés aux commissariats, à être battus et torturés par les policiers marocains, qui voulaient simplement se divertir ou cherchaient à avoir une information spécifique, et à passer une nuit ou deux au cachot avant d’être relâchés. Nous avons aussi été nombreux à être emprisonnés pendant des périodes plus longues, et même certains d’entre nous ont disparu pendant longtemps ou pour toujours.

À l’école, nous étions discriminés. À cette époque il était difficile pour un Sahraoui d’aller jusqu’au bout de la scolarité. Les autorités coloniales faisaient leur possible pour nous décourager d’avancer dans nos études. Et atteindre l’université a tenu du miracle pour beaucoup d’entre nous. Ce traitement nous a amenés depuis notre enfance à avoir une grande conscience politique. Et bien sûr nous étions aussi politiquement actifs et nous avions tendance à faire tout notre possible pour rendre la vie difficile aux autorités coloniales, en particulier la nuit. Pour résumer, la vie dans les zones occupées du Sahara Occidental est la vie d’un peuple colonisé qui se bat pour sa liberté et que les colonisateurs répriment à cause de ce combat. La seule différence ici est que le colonisateur est un autre pays africain.

 

Lire la suite

Original: The last colony in Africa: Western Sahara
Interview with Malainin Lakhal

Traductions disponibles : عربي  Italiano  Español  Português 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s