Liberté pour tous les prisonniers palestiniens !

https://www.facebook.com/events/601896656681838/
toulousee[1]

“Il n’y aura pas de paix tant que le dernier prisonnier n’aura pas été libéré”

Ahmed Saadat

Chaque année, le 17 avril marque la Journée des Prisonnier.e.s Palestinien.ne.s. Cette journée internationale pour les prisonnier.es palestinien.ne.s est une occasion de rendre hommage aux hommes et aux femmes enfermés par milliers pour avoir combattu l’apartheid, l’occupation, le colonialisme et le nettoyage ethnique du peuple palestinien. Leur lutte pour la libération nationale est réprimée par l’Etat sioniste et ses partisans internationaux par tous les moyens possibles. L’enfermement, la torture, l’humiliation, l’intimidation des familles et l’interdiction des visites sont des pratiques utilisées pour tenter d’étouffer le mouvement d’une Palestine libre.

L’emprisonnement des Palestinien.ne.s influe non seulement sur les prisonniers, mais aussi sur leurs familles, surtout les femmes. Lorsqu’une personne est emprisonnée, c’est la famille entière qui est également emprisonnée: partageant des difficultés économiques, faisant des heures d’attente pour les visites et les procès.

Presque toutes les familles en Palestine occupée ont au moins un membre qui est passé par les prisons israéliennes. La prison a donc une place centrale dans la vie et la résistance palestinienne.

Nous devons intensifier le mouvement de solidarité internationale ce jour-là pour rendre visible la résistance contre l’occupation israélienne ! Les prisonniers palestiniens ont toujours joué un rôle de premier plan, non seulement en se battant pour leur libération, mais en tant que dirigeants du mouvement de libération nationale palestinienne, organisant et luttant derrière les barreaux des prisons. Par exemple, en 2016, le mouvement des prisonniers et une mobilisation internationale ont permis de libérer Bilal Kayed de la détention administrative – emprisonnement sans inculpation ni procès – après avoir purgé sa peine de 14 ans et demi dans une prison israélienne.

Les prisonnier.e.s palestinien.ne.s représentent la résistance de ceux qui font face à l’oppression de l’Etat sioniste. Si nous défendons la Palestine, nous devons défendre ses libérateurs, pour ceux qui organisent la résistance: les prisonnier.e.s palestinien.ne.s. 7000 sont détenu.e.s en captivité, dont 300 enfants, et un nombre important d’étudiants. Parmi les étudiants emprisonnés, Kifah Quzmar, arrêté par les forces d’occupation israéliennes le 7 mars. Il était alors soumis à un interrogatoire pendant 20 jours. Il est maintenant emprisonné sans inculpation ni procès aux côtés de centaines de Palestinien.ne.s sous «détention administrative». Parmi les prisonniers palestiniens, il y a également les principaux dirigeants politiques du peuple palestinien, comme Ahmad Sa’adat, secrétaire général du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP). Il a été initialement emprisonné par l’Autorité Palestinienne en 2002, sous garde américaine et britannique, avant que la prison elle-même ne soit attaquée par les forces d’occupation israéliennes et Sa’adat et ses camarades ne soient enlevés. Il est captif dans les prisons israéliennes depuis 2006.

Georges Ibrahim Abdallah, combattant communiste libanais luttant pour la libération palestinienne, est détenu dans les prisons françaises depuis 32 ans et libérable depuis 1999, mais le gouvernement français refuse vigoureusement de le libérer. Il doit être considéré comme un prisonnier palestinien aussi – un résistant emprisonné pour son implication dans la résistance palestinienne.

Lors de cette journée internationale de mobilisation, nous demandons:

* La libération de tous les 7000 prisonnier.e.s palestinien.ne.s, dont environ 550 détenus en détention administrative et 456 condamnés pour plus de 20 ans

* La levée immédiate du blocus à Gaza

* La fin de l’occupation, de la colonisation et du nettoyage ethnique

* Le droit au retour pour tous les réfugié.e.s palestinien.ne.s

* La libération immédiate de Georges Abdallah

Signataires :

Réseau de solidarité des prisonniers palestiniens Samidoun, Coup Pour Coup 31

“There will be no peace until the last prisoner is freed”

Ahmad Saadat

Every year, Palestinian Prisoners’ Day is marked on 17 April. This international day for Palestinian prisoners is an occasion to pay tribute to the men and women locked up by the thousands for fighting apartheid, occupation, settler colonialism and the ethniccleansing of the Palestinian people. Their struggle for national liberation is repressed by the zionist state and its international supporters by all possible means. Confinement, torture, humiliation, intimidation of families, and prohibition of visits are all practices routinely used in an attempt to suppress the movement for a liberated Palestine.

The imprisonment of Palestinians impacts not only the prisoners, but their families as well. When someone is jailed, it is the whole family that is imprisoned as well: sharing economic difficulties, queuing up for ages for the visits and trials, denied contact and companionship.

Nearly every single family in occupied Palestine has at least one member who has spent time in Israeli prison. Prison holds a central place in Palestinian life and Palestinian resistance.

We must intensify the international solidarity movement on this day to highlight the resistance against Israeli occupation! The Palestinian prisoners have always played a leading role, not only in struggling to liberate themselves from prison, but as leaders of the Palestinian national liberation movement, organizing and struggling from behind the bars of the occupier’s prisons. For example, in 2016, the prisoners’ movement and an international mobilisation stood together to see Bilal Kayed released from administrative detention – imprisonment without charge or trial –  after already completing his 14 ½-year sentence in an Israeli jail.

Palestinian prisoners represent the resistance of those confronting the oppression of the Zionist state. If we stand for Palestine, we must stand for its liberators, for those who organize the resistance : the Palestinian prisoners. 7000 are held captive, among them 300 children, and nd an significant number of students. Among those imprisoned students is Kifah Quzmar, arrested by Israeli occupation forces on 7 March. He was then subjectto interrogation for 20 days; he is now imprisoned without charge or trial alongside hundreds of fellow Palestinians under “administrative detention.”. Palestinian prisoners also include major political leaders of the Palestinian people, such as Ahmad Sa’adat, the general secretary of the Popular Front for the Liberation of Palestine. He was originally jailed by the Palestinian Authority in 2002, under U.S. and British guard, before the prison itself was attacked by Israeli occupation forces and Sa’adat and his comrades abducted; he has been a captive in Israeli prisons since 2006.

Georges Ibrahim Abdallah, a Lebanese communist struggler fighting for Palestinian liberation, has been held in French prisons for 32 years and has been eligible for release since 1999 yet the French government refuses vigorously to release him. He must be considered a Palestinian prisoner as well – a struggler imprisoned for his involvement in the Palestinian resistance and liberation struggle.

On this international day of mobilization we demand :

* Freedom for all the 7000 Palestinian prisoners, including the approximately 550 detained in administrative detention and 456 sentenced for over 20 years

* Immediate lifting of the siege on Gaza

* End the occupation, colonization and ethnic cleansing

* Right of return for all Palestinian refugees

* Immediate release of Georges Abdallah

Issued by:

Coup Pour Coup 31, Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network

Marche des étudiants de Bethléem pour les prisonniers palestiniens ce 17 avril

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s