22 Mars : 50 ans après

par FG, 22/3/2018
Español
22 de marzo: 50 años más tarde
Italiano
22 Marzo: 50 anni dopo

En 1968, le RER n’existant pas encore, Nanterre, c’était loin de tout, juste à côté du plus grand bidonville d’Europe, haut lieu de la résistance algérienne pendant la guerre d’indépendance. Personnellement, j’ai découvert cette université dans l’après-midi du jeudi 25 avril 1968, lorsque nous sommes allés prêter main-forte aux camarades pour accueillir comme il se devait Pierre Juquin, député et chargé des relations avec les intellectuels au comité central du Parti communiste français. Venu faire un exposé sur la crise de l’université et les solutions suggérées par les communistes, il fut empêché de prendre la parole par un front regroupant maoïstes et anarchistes. On avait tapissé le hall de la fac  d’affiches telles que « Judas Juquin » ou « Lecanuet du PCF » et dans l’amphi où il devait parler, une magnifique banderole proclamait « La classe ouvrière et les intellectuels révolutionnaires vomissent le révisionnisme ». Daniel Cohn-Bendit était à la tribune. Il s’est mis à sautiller sur sa chaise pour nous calmer, criant de manière répétitive : « Démocratie ouvrière, démocratie ouvrière, camarades ». Rien n’y fit. Finalement, Juquin s’est enfui, protégé par les gros bras en vestes de cuir 3/4 du service d’ordre du comité central. Mon souvenir le plus fort est celui d’une image digne d’un tableau de Gérard Fromanger : sur la pelouse du campus, dans le soleil couchant, les silhouettes de Juquin et de ses gardes du corps courant vers la DS19 révisionniste. Juquin se gagna ainsi le sobriquet de « Juquin-petit-lapin ».  Je raconterai la suite dans le prochain chapitre de « Six huit », à paraître en avril. En attendant, en ce 22 mars, laissons la parole à la jeune et moins jeune génération, qui nous présente sa reconstitution des événements.

Écoutez et lisez

Mai 68: il y a 50 ans, l’étincelle jaillissait de Nanterre, par Christophe Carmarans

Le mouvement du 22 mars sans les clichés : qui étaient ces militants de 1968 ?, par Chloé Leprince

Le Mai 68 des anonymes : l’heure de la réplique depuis les sciences sociales, par Chloé Leprince

Deux tracts indiquent le parcours du mouvement, entre mars 1967 et mai 1968 XXX

CHAOS SEXUEL

tract-22-mars-recto1.jpg

738_000_arp1824064_1[1]22M 222M 1

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s