Lula : c’est la démocratie que je veux, pas l’impunité

Traduit par Jacques Boutard, édité par Fausto Giudice
Original: Lula: Eu quero democracia, não impunidade
Español English

Dans un article écrit depuis sa prison de Curitiba  pour le New York Times, l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva affirme qu’un coup d’ État de droite est en cours au Brésil.

CURITIBA, Brésil ─ Il y a seize ans, le Brésil était en crise : l’avenir était incertain. Notre rêve de devenir un des pays les plus prospères et démocratiques au monde  semblait menacé. L’idée qu’un jour nos concitoyens pourraient jouir d’un niveau de vie aussi confortable que les Européens et les habitants des autres démocraties occidentales semblait s’estomper. Moins de 20 ans après la fin de la dictature, certaines blessures n’étaient pas encore refermées.

Le Parti des Travailleurs offrait un espoir, une alternative qui pourrait inverser la tendance. C’est pour cette raison, avant tout, que nous avons  triomphé dans les urnes en 2002. Je suis devenu le premier dirigeant ouvrier à être élu président du Brésil. Les marchés ont été ébranlés au départ, mais la croissance économique qui a suivi les a rassurés. Dans les années qui ont suivi, les gouvernements du PT que j’ai dirigés ont réduit  la pauvreté de plus de la moitié en seulement huit ans. Au cours de mes deux mandats, le salaire minimum a augmenté de 50%. Notre  programme Bolsa Familia,

qui aidait les familles pauvres tout en assurant une éducation de qualité aux enfants, a gagné une renommée internationale. Nous avons prouvé que la lutte contre la pauvreté était la base d’une bonne politique économique.

Puis ces progrès ont reçu un coup d’arrêt. Pas par les urnes, bien que le Brésil jouisse d’élections libres et équitables.  Mais la Présidente Dilma Rousseff a été destituée pour un acte que pas même ses opposants ne pensaient être passible d’une telle sanction. Puis, à mon tour, j’ai été emprisonné, après un procès douteux, pour corruption et blanchiment  d’argent.

Mon incarcération est la dernière phase d’un coup d’État au ralenti, conçu pour marginaliser les forces progressistes au Brésil de façon permanente. Il a pour but d’empêcher qu’un représentant du Parti des Travailleurs soit réélu à la présidence. Comme tous les sondages montrent que je gagnerais facilement les élections d’octobre, l’extrême-droite brésilienne cherche à me mettre hors course. Ma condamnation et mon emprisonnement ne reposent que sur le témoignage d’un seul témoin à qui on a accordé une remise de peine en échange de ses déclarations contre moi. En d’autres termes, il était dans son intérêt de dire aux autorités ce qu’elles voulaient entendre.

Les forces de droite qui ont pris le pouvoir au Brésil n’ont pas perdu de temps pour appliquer leur programme. La très impopulaire administration du président Michel Temer a approuvé un amendement qui limite pour 20 ans les dépenses publiques, et promulgué des décrets affectant la législation du travail, qui vont faciliter la sous-traitance et affaiblir les droits de négociation des travailleurs et même leur droit à la journée de huit heures. Le gouvernement Temer a même  tenté de réduire les pensions de retraite.

Les conservateurs brésiliens ont beaucoup fait pour réduire à néant les avancées obtenues par les gouvernements du PT, et ils sont décidés à nous empêcher de revenir au pouvoir dans un proche avenir. Ils ont un allié dans cette tentative en la personne du Juge Sérgio Moro  et de son équipe, qui n’ont pas hésité à enregistrer, y  compris illégalement, et à divulguer des conversations téléphoniques privées que j’ai eues avec ma famille et mon avocat. Ils ont monté un show médiatique en m’arrêtant avec le maximum de publicité, et en m’accusant d’être le « cerveau » d’un vaste réseau de corruption. Ces détails consternants sont rarement relatés dans les médias dominants.

  1. Moro a été porté aux nues par les médias de droite brésiliens. Il est devenu intouchable. Mais le vrai problème, ce n’est pas M. Moro ; ce sont ceux qui l’ont élevé à ce statut d’intouchable : les élites de la droite néolibérale qui se sont toujours opposées à notre combat pour plus de justice sociale et d’égalité au Brésil.

                                                     Je ne crois pas que la majorité des Brésiliens aient approuvé ce programme élitiste. C’est pourquoi, bien qu’étant en prison aujourd’hui, je me présente à l’élection présidentielle, et que les sondages montrent que si les élections avaient lieu aujourd’hui, je serais élu. Des millions de Brésiliens ont compris que mon incarcération n’a rien à voir avec la corruption, et que je n’ai été emprisonné que pour des raisons politiques.

Je ne suis pas inquiet pour moi-même. J’ai déjà été emprisonné, sous la dictature militaire brésilienne, au simple motif que je défendais les droits des travailleurs. Cette dictature-là est tombée. Les gens qui abusent du pouvoir aujourd’hui tomberont aussi. Je ne demande pas à être au-dessus de la loi, mais un procès doit être juste et impartial. Ces forces de droite m’ont condamné, emprisonné, elles ont ignoré les preuves écrasantes de mon innocence et m’ont refusé l’habeas corpus, rien que pour m’empêcher de me présenter à la présidence. Je demande qu’on respecte la démocratie. S’ils veulent me battre, qu’ils le fassent par les élections. Selon la Constitution brésilienne, le pouvoir vient du peuple, qui élit ses représentants. Alors laissez les Brésiliens décider. J’ai foi dans le triomphe de la justice, mais le temps presse pour la démocratie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s