Manifeste zapatiste

Réunis à Paris le 12 mars 1995, les soussignés, hommes et femmes libres, rendent public ce MANIFESTE ZAPATISTE
Le 1er janvier 1994, des hommes, des femmes et des enfants, parmi les plus humbles et les plus obscurs de la planète, se sont levés et ont dit : « Basta ! » Le message des survivants du génocide que fut la « Conquête du Nouveau Monde » est d’une simplicité lumineuse. Il nous dit : « La survie des peuples ne peut être obtenue que par un combat de toutes et de tous pour la liberté, la justice et la démocratie. Il ne peut y avoir de paix sans justice, sans dignité.» Habitants du prétendu « premier monde », originaires de partout, nous avons reçu ce message. Si le zapatisme, c’est cela, alors nous sommes zapatistes !En s’organisant eux-mêmes, en créant des structures démocratiques incluant tout le monde, en se dotant, au prix d’immenses sacrifices, des moyens nécessaires pour défendre cette auto-organisation, les insurgés du Chiapas mexicain nous ont montré une voie. Cette voie zapatiste nous semble la seule possible face au désordre mondial actuel. Ce désordre, loin d’être naturel, est délibérément organisé, à l’enseigne d’un « nouvel ordre mondial », par les dirigeants du cartel financier, militaire, politique et industriel des Etats-Unis d’Amérique du Nord, de l’Union européenne et du Japon, contre les peuples du monde. Au nom du «marché», ce cartel ne sème partout que mort, destruction et misère. Ceux qui lui résistent, ils les tue ; ceux qui voudraient lui résister, il les anesthésie.
L’esprit qui anime les combattants zapatistes de la liberté se résume en une phrase, que nous faisons notre: « Tout pour tous, rien pour nous-mêmes! » Cette voie n’est pas facile, nous en sommes conscients. Nous nous sommes mis au travail. Nous vous proposons de nous rejoindre pour, ensemble, œuvrer à un projet politique de longue haleine, qui demandera des sacrifices et n’aura de succès que si nous le voulons toutes et tous. Ce projet est simple. Il est ambitieux. Il est révolutionnaire.
Voici les principes de ce projet :
1 – Fonder un combat sur une politique des besoins réels
Sous réserve de laisser les peuples et communautés humaines concernés définir avec exactitude ces besoins réels, selon les pays et régions, nous affirmons d’ores et déjà la primauté des besoins de base suivants pour chaque peuple : Terre • Travail •Toit • Santé • Alimentation • Éducation • Liberté• Indépendance • Démocratie • Justice • Paix, POUR TOUS !

2 – Organiser ce combat au sein d’une alliance
Cette alliance se construira au jour le jour, rassemblant des personnes, des groupes et des communautés humaines, sans exclusive et sans frontières.

3 – Unir dans ce combat et cette alliance gens du Nord et du Sud de la planète
La liberté et la relative prospérité des uns ne peuvent avoir qu’un goût amer et un caractère très précaire si elles se font sur le dos des autres, au prix de leur vie comme peuples, comme groupes, comme individus. Suédois, Rwandais, Chinois, Guatémaltèques, Papous : tous ou personne.

4 – Pratiquer les principes que nous proclamons
Le dégoût éprouvé par de grandes parties de la population pour tout ce qui ressemble à « la politique » a une raison très simple : les politiciens ont pris l’habitude de pratiquer la langue fourchue. Ils disent une chose et en font une autre. Ils proclament des principes qu’ils sont les premiers à fouler aux pieds. Ils disent : «démocratie» et pensent « mon pouvoir ». Nous voulons changer cela. Nous le pouvons, dès maintenant, au jour le jour. Pour nous, la politique est un acte de volonté, un exercice quotidien de liberté, un risque à prendre, un combat. Nous ne voulons pas le pouvoir ; nous voulons façonner nous-mêmes notre destin, tous ensemble.

5 – Vivre la solidarité
On ne peut pas être solidaire tout le temps ? Nous pensons que si ! Nous devons œuvrer à développer une culture solidaire, fondée sur des rapports d’égalité entre citoyens. C’est la condition de notre survie à tous. Nous n’entrerons vivants dans le XXIe siècle que si nous comprenons cela et prenons nos dispositions en conséquence.

6 – Élaborer notre programme ensemble
II découle tout naturellement des principes énoncés plus haut que nous ne pourrons faire entrer ce programme dans la réalité que si nous y travaillons tous ensemble, chacune et chacun apportant sa contribution : on n’a pas le choix !

Nous appelons donc toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans ce manifeste à nous rejoindre, pour construire ensemble l’Alliance zapatiste de libération sociale [AZLS], association ayant pour objet déclaré de « lutter pour la liberté, la justice et la démocratie, en Europe et dans le monde », et pour drapeau les trois couleurs : noir, rouge et vert, en bandes verticales.
Le noir pour la colère, le rouge pour que ça bouge, le vert pour une seule Terre !
Liberté, Justice, Démocratie !
Tout pour tous, rien pour nous-mêmes !
KB • CC • FG• GK• GS
ORGANISEZ-VOUS ! REJOIGNEZ-NOUS ! ADHÉREZ À L’AZLS ! LISEZ BASTA ! JOURNAL DE MARCHE ZAPATISTE Si VOUS SOUSCRIVEZ À CE MANIFESTE ET VOULEZ REJOINDRE, SOUTENIR OU CONTACTER L’AZLS, VEUILLEZ NOUS ÉCRIRE

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s